© AndreyPopov iStockphoto

Dermatite atopique, urticaire, psoriasis

«The Big Three» de la dermatologie

Contenu en français
(0,00)

Dans cet article, vous apprendrez à différencier simplement la dermatite atopique, l’urticaire ou le psoriasis à l’aide de principes heuristiques et à identifier rapidement les urgences. Des plaques rouges ou une éruption rougeâtre relèvent-elles de la dermatite atopique, de l’urticaire ou du psoriasis? Les trois modifications pathologiques les plus fréquentes de la peau se ressemblent. Pourtant, il existe certaines caractéristiques qui permettent de les distinguer facilement.

Heuristique: jugement dans l’incertitude1, 2

L’heuristique, pratiquée depuis l’Antiquité, aide les humains, les animaux, les organisations et les machines à porter des jugements, à prendre des décisions et à trouver des solutions à des problèmes complexes rapidement, en utilisant des stratégies ou des processus mentaux simples. L’heuristique sert donc de raccourci dans les processus de réflexion et de décision. Elle se base sur les situations les plus courantes – et a raison dans la plupart des cas.

De même, dans l’évaluation des modifications visibles de la peau, des principes heuristiques permettent de parvenir à une conclusion praticable malgré le peu de temps et l’expérience limitée en dermatologie. La question la plus importante en cas de modifications cutanées manifestes est la suivante: le changement est-il potentiellement dangereux? Grâce aux sept principes heuristiques de la dermatologie, il est possible de répondre rapidement à cette question.

Tab. 1: L’évaluation des modifications cutanées visibles sur la base des principes heuristiques de la dermatologie

Les sept principes heuristiques de la dermatologie

Asymétrie

Toute modification cutanée unilatérale et unique constitue une infection ou une tumeur – jusqu’à preuve du contraire.

Dans le cas d’une observation asymétrique, la modification cutanée n’a pas de contrepartie, de sorte qu’il n’y a pas de tableau symétrique de la modification cutanée d’un côté du corps ou du visage. Dans la grande majorité des cas, la cause des altérations de la peau asymétriques est une infection ou une tumeur. Si une infection est suspectée, une consultation dermatologique s’impose rapidement. Une identification et une action en temps utile sont élémentaires. Dans la dermatite atopique, l’urticaire et le psoriasis, les zones cutanées modifiées ne sont jamais distribuées de manière asymétrique.

Symétrie

Toute modification cutanée bilatérale constitue une dermatose non infectieuse – jusqu’à preuve du contraire.

Dans le cas d’une observation symétrique, bilatérale ou multiple, la modification cutanée a une contrepartie d’apparence similaire. Les modifications cutanées bilatérales ne sont le plus souvent pas infectieuses. Dans de telles modifications cutanées, recherchez la contrepartie, même si la symétrie n’est parfois pas apparente au premier abord. Dans la dermatite atopique, l’urticaire et le psoriasis, les zones cutanées modifiées sont distribuées de manière symétrique.

Rugueuse contre lisse

Une inflammation dermique a une configuration lisse. Lorsque la peau est rugueuse, l’inflammation est épidermique.

Les lésions cutanées à surface lisse constituent des inflammations dermiques souvent endogènes. Le foyer de l’inflammation se situe donc sous la couche supérieure de la peau et provient souvent de l’intérieur du corps. Ces maladies sont généralement traitées de façon systémique.

Les modifications cutanées à surface rugueuse sont dues à une inflammation superficielle, généralement exogène. Le foyer de l’inflammation se trouve donc à la surface de la peau et résulte souvent de stimuli externes. Ces maladies sont généralement traitées de façon locale. La dermatite atopique et le psoriasis se développent dans l’épiderme et sont rugueux au toucher. L’urticaire, quant à elle, se développe dans le derme. Dans le cas d’une urticaire plus profonde, la peau altérée est lisse et ne se fissure pas.

Prurit

Une éruption cutanée qui démange n’est généralement pas infectieuse. Une infection, en revanche, se manifeste généralement par une éruption cutanée sans prurit.

Un exanthème avec prurit n’est quasiment jamais infectieux, mais il s’agit souvent d’un eczéma ou d’une dermatite atopique. Un exanthème qui démange peut être très inconfortable pour la personne touchée, mais ne nécessite pas de traitement urgent. Un exanthème sans prurit est généralement dû à une infection virale ou bactérienne. Si une infection est suspectée, une consultation dermatologique s’impose rapidement. Une identification et une action en temps utile sont élémentaires. Les zones cutanées pathologiquement modifiées dans les cas de dermatite atopique et d’urticaire s’accompagnent d’un fort prurit. Les modifications de la peau dans le cadre du psoriasis, en revanche, ne provoquent pas de démangeaisons.

Énanthème

Un exanthème associé à un énanthème est pratiquement toujours le signe d’une infection.

Si une éruption sur le corps ou le visage s’accompagne d’un énanthème sur la muqueuse bucco-pharyngienne, il s’agit dans la plupart des cas d’une infection virale ou bactérienne. Si une infection est suspectée, une consultation dermatologique s’impose rapidement. Une identification et une action en temps utile sont élémentaires. Un énanthème n’est pas un phénomène concomitant de la dermatite atopique, de l’urticaire ou du psoriasis.

Stationnaire contre migrante

Toute dermatose migrante constitue une urticaire – jusqu’à preuve du contraire.

Si des plaques rouges ou une éruption rougeâtre migrent sur le corps dans les 6 à 12 heures, il s’agit dans la grande majorité des cas d’urticaire. L’évolution migrante des modifications cutanées est typique de cette maladie. La dermatite atopique et le psoriasis, en revanche, présentent une évolution stationnaire: c’est toujours la même zone de la peau qui est touchée.

Fréquence

En cas de doute, toujours considérer le cas le plus fréquent: «When you hear hoofs, think of horses, not zebras.» Dans une situation peu claire, commencez toujours par partir du principe qu’il s’agit d’un eczéma – en effet, l’eczéma est le cas le plus fréquent. Si la modification de la peau persiste après cinq jours de traitement avec une crème à base d’acide fusidique/bétaméthasone, vous pouvez exclure l’eczéma.

«The Big Three» – les principaux symptômes

Dermatite atopique (Fig. 1)

Fig. 1: Dermatite atopique

  • Rougeurs cutanées réparties de façon bilatérale et symétrique

  • Stationnaires

  • Accompagnées de prurit

  • Rugueuses et sèches, parfois aussi squameuses ou suintantes

Urticaire (Fig. 2)

Fig. 2: Urticaire

  • Papules rougeâtres soudaines, symé-triques et bilatérales

  • Évolution migrante

  • Accompagnées de prurit

  • Lisses

Psoriasis (Fig. 3)

Fig. 3: Psoriasis

  • Plaques rouges-argentées réparties de façon bilatérale et symétrique

  • Stationnaires

  • Non accompagnées de prurit

  • Sèches et protubérantes

  • Fréquemment sur les côtés de l’extension

ONLINE DOCTOR

Sur la plateforme OnlineDoctor.ch, des dermatologues exerçant en Suisse évaluent les modifications de la peau de manière simple et peu coûteuse. Sur la base de photos téléversées et de questions sur les antécédents médicaux, vous recevrez une évaluation professionnelle comprenant une recommandation d’action dans les 48 heures au plus tard. Pour en savoir plus: onlinedoctor.ch

1 Kahneman D: Thinking, fast and slow. London: Penguin Books, 2012 2 Gigerenzer G: Gut Feelings: The Intelligence of the Unconscious. London: Penguin Books, 2008

Back to top