© Sakramir iStockphoto

Immunothérapie du carcinome hépatocellulaire

L’inhibiteur de tyrosine kinase (ITK) sorafénib a été pendant environ une décennie la seule option de traitement systémique efficace pour les patients atteints de carcinome hépatocellulaire (CHC) avancé. Ce n’est qu’au cours des quatre dernières années que d’autres substances ont été ajoutées à l’algorithme de traitement du CHC, notamment les ITK tels que le lenvatinib en première intention et le régorafénib ou le cabozantinib en deuxième intention, mais aussi le ramucirumab, un anticorps monoclonal dirigé contre le VEGFR-2 («vascular endothelial growth factor receptor 2»).

L’immunothérapie par des inhibiteurs des points de contrôle immunitaire (ICI) constitue désormais un pilier de traitement important pour un grand nombre de maladies oncologiques. Les ICI font également l’objet d’évaluations approfondies dans le cadre d’études cliniques chez des patients atteints de carcinome hépatocellulaire (CHC).1,2 Les développements les plus récents sont résumés ci-après.

Sie sind bereits registriert?
Loggen Sie sich mit Ihrem Universimed-Benutzerkonto ein:

Login

Sie sind noch nicht registriert?
Registrieren Sie sich jetzt kostenlos auf universimed.com und erhalten Sie Zugang zu allen Artikeln, bewerten Sie Inhalte und speichern Sie interessante Beiträge in Ihrem persönlichen Bereich zum späteren Lesen. Ihre Registrierung ist für alle Unversimed-Portale gültig. (inkl. allgemeineplus.at & med-Diplom.at)

Registrieren

Back to top